En bref

La communication pour le développement (C4D) oeuvre pour que les bénéficiaires des projets puissent faire entendre leur voix et, par conséquent, être mieux intégré dans les projets de développement.

C’est donc une approche qui intègre dans ses interventions le principe de la participation, par opposition à l’approche « top-down » de la communication
institutionnelle ou de visibilité.

La C4D relève donc de méthodes participatives, favorisant l’expression des parties prenantes des projets, les échanges de savoirs, l’expression des droits pour les faire valoir. Il s’agit donc de promouvoir des processus horizontaux pour la co-construction des projets mais aussi leur co-gestion.

La participation est donc bien au cœur de la C4D comme elle est a été définie en 1997 par les Nations Unies1 :

« Les systèmes de communication réciproque, qui facilitent le dialogue et permettent aux communautés de prendre la parole, d’exprimer leurs aspirations et leurs préoccupations et de participer aux décisions concernant leur développement ».

Par la suite, les participants au premier congrès mondial sur la Communication pour le développement (du 25 au 27 octobre 2006) organisé par la Banque mondiale, la
FAO et Communication initiative, ont insisté sur le fait que « l’implication de la population dès les premières étapes des projets et programmes de développement constitue un facteur indispensable – même si elle est consommatrice de temps – car elle s’avère payante en termes de résultats et de durabilité ».

La C4D vise bien à faire de la communication un élément structurant du développement en favorisant la participation de ses acteurs.

1 article 6 de la Résolution 51/172 de l’Assemblée générale.

Collectif de spécialistes de la communication pour le développement, Com4Dev est parti du constat que la communication est souvent marginale, voire absente des actions de développement internationale. La communication pour le développement – aussi appelé C4D – a pour objectif d’opérer des changements sociaux et environnementaux grâce par exemple à des changements de comportement, à la diffusion de savoirs ou encore la remontée de connaissances par les acteurs du terrain.  Il ne s’agit pas de campagne de communication institutionnelle ou de relations publiques. Com4Dev travaille pour le développement humain, durable, respectueux des droits humains et des diversités.